Du 24 mai au 3 juin 2018
Départ le dimanche 27 mai 2018
Village public quai Vendeuvre


 La navigation en Manche n’a jamais été facile. Le courant fort, la mer souvent agitée, les effets potentiels de la côte escarpée normande sont de véritables obstacles. Puis la traversée au sens strict de la mer peut s’avérer difficile car les cargos et autres bateaux de pêche y sont souvent fortement présents. Direction dans un premier temps, les îles Saint-Marcouf, première porte de passage obligatoire de la Normandy Channel Race. Les concurrents devront dès le départ dimanche à 17h00 faire des choix surtout en fonction du courant et ne pas rater leur coup car cette première porte peut déjà laisser des traces, un vrai passage à niveau et les leaders pourront prendre une avance intéressante au classement ou lors des premiers pointages de la compétition.

 

Transmanche, le littoral n’est plus là mais une veille est primordiale.

Attention ! Collision possible. En approche de la Grande-Bretagne Sud, de nouvelles options pourront se dessiner toujours en fonction du courant et évidemment du vent. Le contournement de l’île de Wight, l’arrivée dans le Solent est un classique du genre, souvent redoutée des marins mais cette zone de course, chère aux yachtmans, recèle de multiples surprises hauturières. Evolution au ras des cailloux et des rochers anglais, la flotte se sera probablement étirée, certains seront au contact, d’autres auront choisi de faire cavalier seul. La Normandy Channel Race peut se jouer là.

 

Entrée dans la mer Celtique, changement de configuration, conditions plus hachées, destination l’Irlande, Tuskar Rock comme objectif, les duos seront, sans aucun doute, entrés complètement dans leur course, plus de mal de mer, passage des quarts sans soucis, réglages des voiles aux petits oignons, concentration à la table à carte numérique.

 

Le Fastnet, rocher de légende et dernière grande ligne droite, au portant, au vent de travers ou au près selon la direction du vent, vers Guernesey, le raz Blanchard avant Cherbourg, la pointe du Cotentin, les vainqueurs sont attendus entre vendredi et dimanche prochain.  

 

Ils ont dit :

 

 

 

Eric Péron, co-skipper du Class 40 « Talanta » : “Je vais prendre demain le départ de ma deuxième Normandy Channel Race avec Jean Galfione. Nous sommes prêts malgré une arrivée tardive à Caen. Nous n’allons pas avoir beaucoup de vent au moins jusqu’à l’Irlande car une dorsale anticyclonique nous barre la route. Elle va s’installer dès demain. Nous allons bénéficier, tout de même, d’un léger flux de vent qui va nous permettre d’avancer et de quelques vents thermiques notamment le long des côtes anglaises. Ensuite dès jeudi, une dépression pointe le bout de son nez. Elle va, j’espère, nous pousser vers Guernesey. Pour demain, quasiment dès le départ, on sera confronté à une renverse du courant de face. Il y aura déjà du jeu dans un vent orienté au Nord-Ouest puis à l’Ouest. La Normandy Channel Race est, en quelque sorte, une grande étape de la Solitaire du Figaro mais en double ».

 

 

 

Marc Lepesqueux, skipper du Class 40 « Les Conquérants – Caen La Mer » : « Notre voilier est assez à l’aise dans le petit temps. Cette Normandy Channel Race va se courir, au moins dans un premier temps, dans peu de vent. Il est possible que dès demain soir, nous soyons dans l’obligation de mouiller car les coefficients de marée sont forts (97). Les roches du Calvados puis les rochers du grand Caen, avant les îles Saint-Marcouf, seront un passage important, attention risque de talonnage ».

 

 

 

Nicolas Boidevézi, co-skipper du Class 40 « Mare » : « La situation météo s’annonce un peu mieux qu’hier mais nous n’allons pas toucher beaucoup de vent. La stratégie va prendre le dessus sur la vitesse au sens pur. Le gros dossier va être notre positionnement sur l’eau en fonction des effets de site, de brise et des marées ».

 

 

 

Sylvie Viant, directrice de course : « Si le vent est trop faible, il est possible que la direction de course, quand les Class 40 seront à la hauteur de Plymouth, prenne la décision de réduire et changer le parcours. Nous pouvons, par exemple, décider de demander aux compétiteurs de ne pas aller sur Tuskar Rock mais de se diriger directement vers le Fastnet ».

 

 

 

Halvard Mabire, skipper du Class 40 « Campagne de France » : 
« Le phénomène des courants et des marées peuvent créer de gros « passages à niveau », sans oublier les casiers et autres bancs de sable. Il faut aborder cette course en Manche déterminé, mais humble. Il faut la vitesse, mais il faut aussi être intelligent, car à l’analyse ultrafine de la météo, s’ajoute la surveillance de tous les instants des adversaires. Il va falloir savoir qui contrôler, au risque de laisser un énième larron tirer les marrons du feu…un peu l    'ambiance Figaro. Ce sera passionnant de toute façon, avec du stress et de la fatigue. On connaît certes bien le parcours, mais on y a navigué avec de tout autre support qu’avec un 40 pieds et dans de nombreux cas, il sera bon de s’en souvenir, tant le tirant d’eau d’un Class40 est différent d’un IRC. Bien malin qui peut désigner un vainqueur. »

 

 

 

L’œil de Thomas Ruyant, vainqueur de la Normandy Channel Race 2010 à bord de « Destination Dunkerque » :

 

 

 

Un jour, un équipage

 

Catherine Pourre est dirigeante d’entreprise dans la vie. Grande amatrice de voiliers, elle s’est mis à la voile de compétition il y a peu en IRC d’abord et maintenant à bord du Class 40 vainqueur de la Route du Rhum 2010. Elle fait équipe sur la NCR avec Goulven Royer, trinitain pur jus, professionnel de la voile, spécialiste de la voile en temps compensé notamment vainqueur de la Course des Trois îles 2012 et du Record SNSM 2010 en IRC, la jauge chère à l’union nautique de la course au large et au Royal Océan Racing Club.

 

 

A retenir sur la Normandy Channel Race :

>> 15 Class 40, deux marins par voiliers dont, pour exemple, les tandems Rogues – Vittet, Mabire – Merron, Riechers – Boidevezi…

>> Départ et arrivée à Caen

>> 1000 milles en passant par les îles Saint-Marcouf, l’île de Wight, Tuskar Rock et le Fastnet, Guernesey

>> Thomas Ruyant et Tanguy Leglatin, Tanguy de Lamotte et Sébastien Audigane ont remporté les dernières éditions

Informations presse :

>> Suivez la Normandy Channel Race sur  www.normandy-race.com : actualisation de la cartographie de la course toutes les trois heures

>> Devenez ami sur la page FaceBook normandy channel race

>> twitter@normandyrace2012

>> Photos libres de droits pour la presse et le web Muriel Robin

>> Salle de presse avec wifi au pavillon de Normandie dès le mercredi 29 août

>> Embarquement presse possible sur demande pour le départ et l’arrivée de la Normandy Channel Race

>> Vacations ouvertes au public avec les marins tous les jours pendant la course de 12 à 14h00 au pavillon de Normandie

Rappel du programme:

 

 

 

- Jeudi 30 août / dimanche 2 septembre : ouverture du village à Caen en centre ville, bassin St Pierre, nombreuses animations, 20.000 visiteurs en 2011 : initiation Paddle Board et Optimist, visites de vieux gréements dont la Grandcopaise et la Granvillaise, démonstration de chiens sauveteurs

 

-  Présence du Trois-mâts BELEM sur les 4 jours et du VULCAIN de la Marine Nationale, partenaire de la manifestation.

 

-  Dimanche 2 septembre: 12.30 / 14.00 parade en flotte sur le canal de Caen à la Mer.

 

-  Arrivée à compter de 14 heures au grand sas de Ouistreham.

 

-  Départ devant Hermanville le dimanche 2 septembre à 17H00, parcours en rade.

 

-  Course en mer du dimanche 2 au vendredi 7 / samedi 8 septembre selon météo

 

- Remontée des bateaux à Caen et jumelage le week-end de l’arrivée avec PRESQU’ILE EN FETE, remise des prix le dimanche 9 à 18H00. 

 

Les partenaires de la Normandy Channel Race : la ville de Caen, le conseil régional de la Basse-Normandie, le conseil général du Calvados l’agglomération Caen La Mer et la Chambre de commerce de Caen Normandie.